Ce site utilise des cookies techniques, analytiques et tiers..
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Préférences cookies

Diplomatie économique

RELATIONS ÉCONOMIQUES ET COMMERCIALES

Les relations commerciales entre l’Italie et la Principauté de Monaco ont toujours été particulièrement intenses. Monaco représente un important marché pivot pour les produits italiens, grâce également à la proximité géographique et aux étroites relations sociales et culturelles qui existent entre les deux pays. Sur la base des dernières données publiées par l’IMSEE, en 2019, l’Italie s’est à nouveau confirmée comme le premier partenaire commercial de la Principauté de Monaco, suivie de l’Allemagne et de la Suisse.

En 2018, le commerce bilatéral s’élevait à 657,8 millions d’euros, mais l’année dernière a marqué une augmentation encore plus importante, atteignant un record de 1018 millions d’euros ; en effet, les exportations et les importations monégasques vers l’Italie ont augmenté respectivement de 44,2 % et de 39,3 %. Il en résulte un excédent commercial en faveur de l’Italie de 614 millions d’euros, un chiffre qui représente plus de la moitié du total des échanges. Les principaux secteurs qui ont enregistré la plus forte croissance des exportations sont la production de machines et les équipements et matériels de transport, en particulier la construction navale.

TABLEAU Échange commercial Italie-Monaco 2019

Une grande partie des échanges avec l’Italie se concentre dans les secteurs du transport et de la construction navale (yachting), de l’agroalimentaire et du vin, du design, de l’innovation technologique et du luxe. Le tableau suivant présente les principaux postes d’importations et d’exportations italiennes vers et depuis Monaco pour 2019.

Le nombre de travailleurs frontaliers italiens, essentiels pour l’économie de la Principauté de Monaco, est en constante augmentation et ils rejoignent chaque jour Monaco pour exercer leur profession, principalement dans les secteurs du tourisme, du commerce, de l’industrie et de l’artisanat, de la construction et des services. Selon les dernières données publiées en avril 2019 par le Département pour les Affaires Sociales et la Santé, il y a 7 816 travailleurs italiens dans la Principauté de Monaco, dont 4 222 travailleurs frontaliers, près de 1 400 résidant en Principauté, environ 900 dans les communes françaises limitrophes et plus de 1 000 dans les autres communes françaises. Il convient de rappeler que l’imposition des revenus des salariés italiens dans la Principauté de Monaco (mais aussi en France) est régie par la loi italienne, contrairement à la directive européenne, selon laquelle les revenus produits à l’étranger doivent être imposés dans le pays d’accueil. En mai 2011, une solution a été trouvée à la question de longue date des soins de santé pour les travailleurs transfrontaliers, sur la base d’une interprétation plus large de l’article 10 de la Convention bilatérale sur la sécurité sociale de 1982 : les travailleurs frontaliers italiens peuvent désormais bénéficier des services de santé monégasques, non seulement en cas d’urgence, mais aussi pour les examens et les visites de spécialistes.

 

INVESTISSEMENTS ITALIENS DANS LA PRINCIPAUTE DE MONACO

Les entreprises italiennes ont un poids important dans le tissu économique monégasque, où sont enregistrées plus de 1600 sociétés administrées par des Italiens. Elles jouent un rôle majeur dans la Principauté et sont principalement actives dans les secteurs suivants : pharmacie, alimentation, hôtellerie, restauration, immobilier, construction, construction navale, services de courtage et de négoce international, alimentation et vin, sport, design, mode, art et automobile. Il s’agit notamment du groupe Es-Ko (projets de coopération, logistique, fourniture d’équipements et de denrées alimentaires, assistance aux forces armées engagées dans des missions de maintien de la paix au sein des structures et contingents de l’ONU et de l’OTAN), du groupe Ferrero (secteur de la confiserie) le Silversea Cruiser (croisières de luxe), le groupe Marzocco et ENGECO (construction), le groupe Giraudi (distribution de viande et restauration), Frimo (secteur alimentaire), V Ships, d’Amico Ship, Palumbo (maritime), Assicurazioni Generali (assurances).

En ce qui concerne le secteur bancaire, il existe un certain nombre d’institutions liées au système italien, opérant à la fois directement et par le biais de participations dans des institutions financières de droit monégasque. Il s’agit notamment de la Compagnie Monégasque de Banque – CMB (Mediobanca), fondée en 1976 à l’initiative de la Banca Commerciale Italiana, et de la « Banca Popolare di Sondrio ».

A noter la présence de nombreuses entreprises italiennes dans le secteur de la construction et des travaux publics. Elles collaborent avec des entreprises monégasques et françaises pour la réalisation de projets de travaux et d’infrastructures. Des opportunités d’investissement intéressantes se profilent dans les secteurs suivants : technologies vertes ; – environnement ; – santé ; – ingénierie ; ainsi que des facilités possibles pour l’établissement de start-ups. Un vaste plan de réhabilitation urbaine est en cours, y compris le grand projet d’extension en mer dans la zone du Portier, dont les travaux se poursuivront encore pendant cinq ans. Ce plan se tourne nécessairement vers l’Italie pour la main-d’œuvre qualifiée, l’approvisionnement en matières premières, l’ameublement de luxe et la technologie.

Le grand projet, appelé « Extension en mer », est situé dans la zone centrale de Portier et a déjà permis à la Principauté d’acquérir 6 hectares de terrain en bord de mer, une portion équivalente à 3% de l’ensemble du territoire monégasque.
Après un an et demi de travaux sous-marins, presque invisibles pour le public puisqu’ils ont consisté à draguer les sédiments du fond marin devant la zone située entre les quartiers de Speluges et du Larvotto, le chantier, qui s’est d’emblée montré très soucieux de la protection de l’environnement, connaît aujourd’hui une nouvelle phase plus complexe. En avril 2018, la construction de la plateforme (d’une valeur estimée à 1 milliard d’euros) sur laquelle sera construit le nouveau complexe résidentiel de luxe, certainement plus ambitieux, a débuté et devrait être achevée d’ici 2025.

Des bateaux spéciaux ont transporté des tonnes de matériaux, des blocs de calcaire et du sable mélangés à des débris de construction, qui ont ensuite été compactés pour accueillir les énormes caissons sous-marins, (18 au total), chacun d’une hauteur de 26 mètres et d’un poids de 10 000 tonnes, qui forment la ceinture de protection du nouveau quartier. Les 18 caissons ont été fabriqués à Marseille, tandis que l’entreprise française chargée du projet, Bouygues Travaux Publics, a fait appel à plusieurs entreprises, dont certaines italiennes, pour transporter les matériaux ou produire des blocs de calcaire de Piombino ou de sable de Sicile.

Après la pose des caissons en acier sur le fond marin, l’imposante ceinture de protection a été érigée ; depuis ce printemps, la construction des piliers en béton de 2 mètres de diamètre a commencé, qui seront placés dans des armatures en acier ; d’ici 2022, la plate-forme sera achevée et, à partir de 2023, la construction en surface commencera : un port de plaisance, l’extension (de 100 000 mètres carrés) du Grimaldi Forum Convention Centre, des immeubles résidentiels, un certain nombre de grandes villas, des magasins, des restaurants et des espaces publics, un projet auquel l’architecte Renzo Piano a partiellement contribué et qui sera réalisé par les deux principaux groupes de construction monégasques, JB Pasteur et Engeco, contrôlés par la famille Casiraghi, avec la collaboration opérationnelle du groupe Pizzarotti de Parme.

 

INVESTISSEMENTS MONÉGASQUES EN ITALIE

La Principauté de Monaco a prévu depuis longtemps un programme d’investissements en Italie dans les secteurs environnemental, portuaire et industriel. Le projet concernant le port touristique de Vintimille mérite une mention particulière.
Le contrat a été signé le 6 décembre 2016 et prévoit la construction du Port de Vintimille, qui accueillera 171 yachts de 6 à 60 mètres, un chantier naval et un centre commercial de 3800 m2 avec 400 places de parking. La société Cala del Forte a vendu la concession de 80 ans du port de Vintimille à la société portuaire de Monaco pour 80 millions d’euros. Cet accord permettra au territoire ligure voisin de bénéficier d’un flux international de navires de haut niveau, apportant des bénéfices exponentiels au secteur du tourisme et à l’ensemble des industries connexes, avec des retombées significatives en termes d’emploi de main-d’œuvre qualifiée. L’inauguration du port est prévue pour le 2 juillet 2021, tandis que le 8 mars 2021, le nouveau bateau qui reliera le port de Vintimille au port de Monaco en seulement 12 minutes, avec un service réservé aux propriétaires de bateaux, a déjà été présenté.

 

PRINCIPAUTÉ DE MONACO – PRINCIPAUX INDICATEURS MACRO-ECONOMIQUES

L’exiguïté du territoire (un peu plus de 2 km2) et sa situation à l’intérieur de la zone douanière française font que la Principauté de Monaco n’entre pas dans les paramètres économiques ordinaires. Les dernières données publiées par l’Office Monégasque de la Statistique (IMSEE) montrent un environnement économique dynamique et en constante évolution. Le produit intérieur brut monégasque est passé à 6,09 milliards d’euros en 2018 après avoir atteint 5,68 milliards d’euros l’année précédente, soit une variation positive de 6,1 %. Le revenu annuel par habitant à prix courants a également augmenté, atteignant 70 881 €.